ENTRAÎNER LES ENFANTS

ENTRAÎNER LES ENFANTS

Entraîner les enfants… Le sujet épineux !

Combien d'éducateurs sont parachutés pour s’occuper d’équipes de jeunes, voir de leur propres enfants ? On estime cette situation aujourd'hui à 80%.

Dans tout club, vous retrouverez 3, 4 voire 5 équipes par niveau de pratique U7-U8- U9, U10-U11, U12-U13, soit environ au moins 10 équipes à encadrer chaque samedi. Dans un contexte économique difficile pour les clubs et/ou le manque de volonté d'investir sur les jeunes, les équipes A sont souvent encadrées, mais que reste-il aux équipes qui sont prises en charge par les parents faute d'éducateurs ? Quels sont les problématiques que rencontrent ces éducateurs sans formation ? Réponses à ces questions.

 

Le manque de connaissance autour du programme de développement de l'enfant

 

Chaque tranche d'âge a des qualités et des choses à développer. Le jeune joueur a des aptitudes à intégrer et des efforts très brefs mais intenses à opérer.

Certains éducateurs pensent que privilégier l'agressivité ou le travail athlétique corrigera sans doute le manque de préparation technique... l'erreur se répète et on laisse encore faire ce type d'éducateurs. L'enfant doit jouer, jouer et jouer encore, le plaisir passe par le jeu pour s'amuser. Cela dit une capacité technique est également la base.
Contrôle, passe, tir, dribble, plaisir, cohésion d'équipe !

 

Une psychologie mal adaptée ? Compétitions ou plaisir ?

 

L'enfant reste fragile et a besoin de se construire en assimilant les principes de jeux dont il peut oublier rapidement les consignes.

Un exemple assez anodin et visible dans chaque école de football : Que faire de ce petit champion qui fait peu de passes et marque tous les buts ? « Donne ton ballon, joue pas perso », mais l'enfant continue malgré les consignes.

Doit-on interdire à l'enfant de dribbler et lui crier dessus sachant qu'à cet âge il ne lève que très rarement la tête pour prendre les informations autour de lui ?

Je pense en tant que formateur qu'il faut laisser les enfants dribbler et exprimer leurs potentiels dans les zones qui sont permises. C'est une qualité qui devient rare et qui doit se travailler tout au long de sa carrière ! Je pense qu'il faut arrêter de vouloir mettre des enfants dans des stéréotypes et cultiver la créativité, l'incertitude des mouvements. 

 

Le guidage des enfants sur le terrain

 

Un autre réel problème, est la multitude de profils d'éducateurs et autant de profils psychologiques.

Je pense que guider les enfants à l’image d’un match sur FIFA et les abreuver de consignes est complètement improductif ; les enfants ne sont alors pas maîtres de leurs choix et même s’ils se focalisent sur la voix de leur éducateur, il n'est pas confronté à son échec car ce ne sont pas leurs choix. La prise de décision doit venir de l'enfant. On peut donner des consignes simples mais laissons les enfants se tromper. Laissons-les vivre leurs matchs et encourageons-les encore plus dans leurs échecs que dans leurs succès.

Au-delà de l'éducateur, les parents sont aussi un réel problème lorsqu'ils deviennent aussi pourvoyeur de consignes.

Le manque de turn over ou l'égalité des temps de jeu.

 

Nous avons tous des enfants à des niveaux différents. Les enfants doivent jouer au moins la moitié du temps du match puisqu’il fait partie de l'équipe. Pourquoi certains éducateurs préfèrent alors garder leur équipe « type » plutôt que de faire tourner et faire jouer tout le monde ?

La réponse est claire, la pression du résultat, la compétition !!! Une hérésie dans le monde de la formation. Il y a quelques temps, dans un pays européen, j'entendais parler de U9 nationale ???

 

Quel discours tenir en cas de défaite ? En cas de victoire ?

Dans la défaite, l’entraîneur et les parents ont tendance à oublier que l'enfant est en phase d'acquisition des compétences. Certains enfants sont plus avancés que d'autres mais la défaite est collective. On rencontre toujours des équipes meilleures que la sienne et malheureusement l'erreur qu'on voit régulièrement est la recherche de coupable... personnellement je l'ai souvent entendu de la bouche des parents et cela m'a toujours agacé car ce sont toujours les mêmes enfants dans une équipe qu'on accable !! Le plus lent, Le moins technique, le mauvais gardien...


Plutôt énerver d'entendre les parents à la sortie des vestiaire refaire le match, il m'est arrivé un fois de répondre à un parent qui stigmatisait le physique de mon gardien « trop gros » pour plonger. Je lui ai répondu que si son enfant était si bon alors il aurait sûrement pu compenser les erreurs de son copain gardien.

Un comportement, je l'avoue, pas forcément bon. Une réaction à chaud mais qui pour moi à ce moment devait être partagée. Heureusement, la suite de la saison fut bien plus calme et positive.

L'esprit d'équipe doit être le socle de toute équipe quelque soit le niveau, et chaque joueur ou parent qui cherche à s'en écarter doit être repris. Il en va de l’intérêt de l'équipe dans la victoire et la défaite. On gagne ensemble, on perd ensemble, on doit être humble et conscient qu'il reste encore beaucoup de travail pour évoluer.

 

Le mot de la fin : Entraîner est un apprentissage complexe, entre la psychologie du coach et de l'enfant, la gestion de groupe, la capacité a enseigner et être écouté, les groupes enfants ne doivent pas être mise entre de mauvaise mains.


toute l'association
Se connecter